Investir en Algérie

Attirer les investissements nationaux et internationaux est l’une des priorités du processus d'ouverture à l'économie mondialisée. Dans ce sens, un cadre légal et institutionnel a été mis en place afin d’inciter et de faciliter l’investissement et d'offrir un soutien et un accompagnement effectif aux investisseurs. L'environnement des affaires comporte de nombreux atouts et le gouvernement algérien est déterminé à amplifier sa politique pour améliorer davantage l’attractivité du marché algérien.

L'orientation inhérente à la promtion de l’investissement consacre la liberté d’investir, la non discrimination, la protection de l’investissement et l’intangibilité des avantages

  • Les investisseurs étrangers qui s’établissent en Algérie bénéficient des mêmes avantages que les nationaux et ont l’entière liberté d’investir dans toutes les activités de production de biens et services réglementées.
  • Toutes les opérations investissements réalisées lors d’une création, d’une extension, d’une réhabilitation, d’une restructuration ou d’une privatisation-partenariat sont éligibles aux avantages et privilèges prévus par le code des investissements.
  • Les avantages comprennent trois régimes d’exonérations fiscales qui sont de plus en plus profitables à mesure que la portée et les retombées économiques de l’opération d’investissement sont significatives pour l’économie nationale. Une fois approuvé, le régime de l’investissement reste stable et intangible.
  • Les investisseurs jouissent de la garantie d’une protection leur permettant de recourir à l’arbitrage international en cas de litiges. L’Algérie a adhéré à la plupart des conventions internationales multilatérales et a conclu une série d’accords de non double imposition et de protection réciproque des investissements avec plusieurs pays dont la Suisse.
  • La loi sur les investissements offre des facilités simplifiant les modalités de transferts de capitaux. Les dividendes, les bénéfices et les produits de cession d’actifs sont directement transférables. Le contrôle n’étant opéré qu’à posteriori.

Ce dispositif très incitatif a eu un impact positif sur l’afflux des investissements privés puisque les flux d’investissements étrangers directs cumulés se chiffrent à 7.8 milliards USD à fin 2007. Il a permis l’arrivée croissante d’investisseurs privés et de nouveaux partenaires financiers dont parmi eux on peut citer : Orascom, Citibank, Watanya, Linde, Société Générale, BNP Paribas, IBM, KPMG, Deloite & Touche, Michelin, Danone, Schneider Electric, LG, Merlin Gerin, Groupe Castel, Nestlé Waters, Accor Hotels, British Petrolium, Cetelem, Unilever, Ionics , Deutch Bank, ….

 

Privatisation-Partenariat

L’ouverture du capital des entreprises publiques économiques (EPE) à travers des actions de privatisation et de partenariat constitue un axe prioritaire de la politique de restructuration du secteur publique industriel.

En vertu, d’un cadre réglementaire promulgué en 2001, les modalités et les procédures de privatisation ont été assouplies et étendues à l’ensemble des entreprises publiques. La privatisation y est affirmée comme un acte d’investissement en soi éligible aux mêmes avantages relatifs au code des investissements.

La privatisation désigne toute transaction se traduisant par un transfert, à des personnes physiques ou morales de droit privé autres que des entreprises publiques, de la propriété :

  • De tout ou partie du capital social des entreprises détenu directement ou indirectement par l’État ou les personnes morales de droit public, par cession d’actions, de parts sociales ou souscription à une augmentation de capital ;
  • Des actifs constituant une unité d’exploitation autonome des entreprises appartenant à l’État.

Plus 9 milliards USD ont été investis de 2003 à fin 2007 pour un total de 417 cessions totales ou partielles. Il s'agit notamment de 192 opérations de privatisation totale, 33 opérations de privatisation à plus de 50% et 11 autres à moins de 50%, 29 joint-ventures, 83 cessions d’actifs et 69 opérations de cessions aux salariés.

Parmi les grandes opérations de partenariat et de privatisation déjà concrétisées avec des partenaires étrangers :

  • La cession de 70% du capital de SIDER au groupe ARCELOR MITTAL ;
  • La cession totale de trois usines de détergents ENAD au Groupe HENKEL ;
  • Le partenariat entre le groupe algérien ASMIDAL et le Groupe espagnol VILLAR MIR ;
  • Cession de 66% du capital de ENGI : Gaz Industriels, au profit de LINDE Allemagne ;
  • Cession totale de l'entreprise Maghrebine de Transport et Auxiliaire(MTA) au groupe suisse Mediterranean Shipping Company (MSC) ;
  • Cession partielle de plusieurs cimenteries au profit de grands groupes Cimentiers, plus récemment prise de participation de 35% du groupe français Lafarge ciments dans le capital d’ERCC.
Consultez également

Investir en Algérie - Agence Nationale de Développement de l’Investissement

 
Haut de page

 

 

 

Copyright © Ambassade d'Algérie A Varsovie, ul, Dabrowiecka 21 03-932 Warszawa
Téléphone : + 48226175855 Fax : + 48226160081 E-mail : warsaw@algerianembassy.pl